Prendre du Relief au Palais des Beaux Arts de Lille

Prendre du Relief au Palais des Beaux Arts de Lille

Visite de la nouvelle salle des Plans Relief au Palais des Beaux Arts de Lille. Après une restauration minutieuse, une médiation innovante met en valeur les oeuvres d’art.

Le Plan Relief est né sous Louvois qui passe commande à Vauban à l’époque du roi soleil pour cartographier les villes fortifiées. Il est autant un objet technique qu’un objet d’art. Il est créé dans le but de « photographier » la campagne et de prévoir les attaques possibles. La taille d’un plan relief équivaut à la distance réalisable par un boulet de canon. Les plans reliefs sont donc plus ou moins grands selon l’évolution de l’artillerie.
Le 1er Plan Relief (Dunkerque) de Louvois date de 1668 et ; Vauban dans son inventaire en 1697, en répertorie 144.

Ces objets sont réalisés de bois, de papier, de composites, de sable… Aucune âme humaine ou animale n’est représentée sur un Plan Relief. La vie est représentée par les arbres qui ne sont là que pour permettre de délimiter les obstacles possibles. Le Plan Relief n’est pas fait pour être lu de très près c’est pourquoi l’exactitude est parfois approximative.

Les frontières d’aujourd’hui ne sont pas celles de l’époque. Le Palais des Beaux Arts de Lille conserve 14 Plans Relief -restant la propriété de l’Etat- dont un Plan relief de Maastricht (Pays-Bas), ainsi que 7 de Belgique (Namur, Audenarde, Tournai, Charleroi, Ath, Ypres, Menin)

Le Plan Relief naît dans une époque de réflexion scientifique autour de la carte topographique. La première carte géographique de la France est publiée par l’Académie Royale des Sciences en1747.  Le Plan Relief c’est aussi les premières « vues du ciel » alors que la photographie n’apparaîtra seulement qu’en 1824… !

Les Plans Reliefs sont composés de plusieurs tables (150 au PBA de Lille) permettant ainsi d’être transportés. Le Plan Relief de Lille (1740), est plus petit qu’à son origine. Les deux tiers ont été supprimés. En effet, en 1815 une partie des plans relief est emmenée par les Prussiens. Le Plan Relief de Lille, qui peut alors être transporté « facilement », ne reviendra qu’à la 2sd GM, en 1948.

Au Palais des Beaux Arts de Lille, vous pouvez désormais vous approcher au plus près de la maquette de Lille grâce à l’outil numérique. Le Musée a fait appel à une société qui a utilisé la technique de la photogrammétrie combinant plus de 30 000 photos en un modèle 3D. Dans la salle des Plans Relief une muséographie innovante vous permet de partir à la rencontre de la ville d’autrefois et de faire le lien avec la ville d’aujourd’hui. Des repères lumineux permettent de zoomer sur des quartiers ou des points d’intérêt, et de mettre en évidence les remparts de la ville fortifiée.

Toujours dans cette salle sous l’atrium du musée, sont exposés quelques outils d’époque rappelant l’origine du Plan Relief.  Aussi, les techniques de restauration récemment appliquées sont expliquées aux publics.

Des textes d’auteurs écrits à l’occasion de la restauration des maquettes, sont disponibles lors de votre visite, ajoutant une touche de littérature bien sympathique à la médiation !

%d blogueurs aiment cette page :